Edmond JOUVE

Citoyen du monde, par Gilles Chevriau

Accueil > Qui est Edmond Jouve ? > Président de la République de Saint-Domingue, Ulises Francisco Espaillat : (...)

Président de la République de Saint-Domingue, Ulises Francisco Espaillat : mon ancêtre de Masclat

vendredi 1er mai 2020, par Gilles Chevriau

L’une des figures les plus illustres des événements patriotiques et de la vie politique en République dominicaine, Ulises Francisco Espaillat est né à Santiago de los Caballeros le 9 février 1823, il était le dernier fils légitime de Pedro Ramón Espaillat Velilla (Santiago, 1796 −idem, 1882) et María Petronila Quiñones Tavares (1804−1874). Son père était le dixième et dernier fils du Français Francisco Antonio Espaillat Virol (Masclat, 1734 - Aguadilla, 1807), qui a émigré à Santiago en 1758 et qui, craignant une invasion haïtienne, a émigré à Porto Rico avec sa famille, où il est finalement décédé, et Petronila Velilla Sánchez (Santiago de los Caballeros, 1767–), qui était la fille de María Sánchez Moreno Filpo, originaire de Saint-Domingue, et de l’Aragonais Francisco Antonio Velilla de Torres.

Dans les années de son enfance et de son adolescence, il a reçu des cours d’anglais, de français, de musique, de mathématiques et d’autres disciplines, dans le domaine des possibilités limitées d’éducation scolaire que le pays vivait sous l’occupation haïtienne. Plus tard, il a reçu des cours de médecine d’un oncle paternel, le Dr Santiago Espaillat. Pendant les premières années de la décennie qui a commencé en 1840, il a créé une « pharmacie », qui était à l’époque le nom populaire des pharmacies. En 1845, il épousa sa cousine charnelle Eloísa Espaillat Rodríguez, fille de son oncle Juan José Espaillat.

En 1876, considéré comme l’homme le plus digne d’exercer le pouvoir que la République avait. Depuis la capitale, on lui demande d’être candidat à la présidence et la clameur devient nationale. En mars 1876, il accepte la candidature. Le 15 avril de la même année, la Chambre législative le proclame président élu avec 24 000 voix.

Son cabinet était composé de Manuel de Jesús Peña y Reynoso comme ministre de l’intérieur et de la police ; Manuel de Jesús Galván en tant que ministre des affaires étrangères ; José Gabriel García en tant que ministre de la justice et de l’instruction publique ; Mariano Cestero, aux finances et au commerce et Gregorio Luperón, ministre de la Guerre et de la Marine. Ce cabinet est connu comme le "Cabinet des Apôtres" car il est considéré par plusieurs historiens comme le plus exalté, le plus complet et le plus lumineux qu’un souverain de l’histoire de la République dominicaine ait structuré2. Son exercice du pouvoir n’a duré que cinq mois et cinq jours. Du 29 avril au 5 octobre 1876.

Son gouvernement patriotique, honnête, progressiste et démocratique a été renversé par un coup d’État militaire, expression de l’intolérance et de l’anarchie des différentes couches de la petite bourgeoisie, dirigé par Ignacio María González Santín. Grand, avec un teint blanc, des yeux bleus et des cheveux bruns, un nez en forme, des lèvres minces ... à cinquante ans, le grand héros républicain, vaincu par l’ignorance et l’arriération politique, retourna dans sa ville natale. À Santiago, il mourut entouré de l’admiration et du respect de tous ses collègues villageois Ulises Francisco Espaillat, le 25 avril 1878. Le Congrès national par le décret no. 16633 daté de mai 1878, il décida de garder 13 jours de deuil pour sa mort. Son exemple en tant que patriote, homme politique et enseignant remplit les Dominicains de fierté.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.